Vivre un retour à Windows

Vivre un retour à Windows

13 mars 2021 42 Par Aldolinux

On voit souvent des articles qui expliquent comme l’utilisateur a vécu son passage de Windows à GNU/Linux, mais rarement, pour ainsi dire jamais, dans l’autre sens. C’est pour cela que j’ai décidé de partager cette expérience avec vous.

Voilà près de 15 ans que je travaillais avec une distribution Linux, Ubuntu, pour mon travail de responsable marketing et communication. Un navigateur Firefox, un logiciel de retouche de photo Gimp, un logiciel de dessin vectoriel Inkscape et un logiciel de PAO Scribus pour la production de documents, PDFSam pour monter et démonter des PDF… bref, un petit paradis. Seulement voilà, on m’a demandé d’utiliser Outlook et Microsoft Office, dans un souci d’uniformisation des outils informatiques, – ce que je peux tout à fait comprendre – aussi j’ai dû renoncer à mon OS préféré et passer sur Windows 10. Après une semaine d’utilisation, en dehors d’avoir dû réinstaller un antivirus, voici quelques unes de mes déceptions :

Ce lecteur rencontre un problème

Celui-là ne m’avait pas manqué du tout ! Alors que j’utilise – comme tout le monde – des clefs USB pour transmettre facilement des fichiers, depuis que je suis repassé à Windows, je n’arrête pas d’avoir ce fameux message « ce lecteur rencontre un problème ». La plupart du temps, même après analyse, il n’y a pas d’erreur, alors…

erreur USB

C’est un ordinateur pro ? ou bien un PC « kikoo lol » ?

Je ne sais pas vous, mais quand je prends un PC avec une édition pro de Windows, je ne comprends vraiment pas pourquoi – mais alors pas du tout – on trouve préinstallé Booking.com, Xbox, Deezer et consort et une multitude de jeux. « Non mais allô quoi, t’es une édition pro et tu me proposes de l’amusement ?? ». Du coup, direction le panneau de configuration pour supprimer tous ces logiciels inutiles.

Dans le genre « kikoo lol », j’ai du aussi réactiver l’affichage des extensions de fichiers. Oui, contrairement à ce que doit penser les ingénieurs Microsoft, on a besoin de voir l’extension d’un fichier pour savoir si on a affaire à un .ods, un .xls ou un .xlsx et non pas de le deviner en fonction de l’icône affichée. Ne serait-ce que pouvoir passer d’un fichier txt à csv sans devoir ouvrir le Notepad ! C’est ce genre de chose qui « abrutissent » les utilisateurs au lieu de les instruire.

Trouver un logiciel ? apprendre à faire confiance !

Eh oui, quand on a passé des années dans un environnement libre, on ouvre la logithèque, on choisit ce que l’on veut et on installe. Rien de plus simple.
Avec Windows, si je veux installer un logiciel, il faut que je passe par leur store, mais il propose beaucoup de logiciels propriétaires et nombreux logiciels avec des parties payantes ou des publicités intégrées.

une application intégrant des paiementsAussi, je dois aller sur Internet et trouver un logiciel qui fasse ce dont j’ai besoin en m’assurant bien qu’il vienne d’un site officiel (pour ne pas choper de virus ou de malware) et que l’installateur, ne me propose pas d’installer en plus de mon logiciel le navigateur Chrome (au hasard) ou de modifier mon moteur de recherche par défaut. Bref, je dois être beaucoup plus méfiant sur ce que j’installe… ça me saoule !

La connexion multi-site, pas très automatique !

Là où je travaille, nous avons plusieurs agences et chacune d’entre elles a un plan d’adressage IP fixe et différent. Sous Linux, j’avais configuré les différents cas de figure de connexion et à l’allumage le paramétrage idoine était automatiquement activé. Windows ne propose pas ce genre d’option nativement, il m’a fallu installer un logiciel (que je recommande du coup) : NetSetMan. Grâce à lui, je peux sélectionner la bonne configuration et l’activer… mais il faut débourser une vingtaine d’euro pour l’utiliser dans un cadre professionnel.

L’aperçu des fichiers dans le navigateur, ou plutôt le manque d’aperçu

Moi qui suis plus visuel que « lecteur », c’est sans doute le plus dérangeant : l’aperçu des fichiers dans l’explorateur Windows est… nul ! A part pour les images, il n’y a quasiment aucun aperçu des fichiers, la preuve en image :

comparaison des navigateurs de fichiers Windows et Linux

Dans mon exemple, on voit bien l’aperçu des PDF, c’est super pratique quand on sait à quoi ressemble un document, mais qu’on ne sait plus comment il se nomme. Ça évite de devoir en ouvrir plein avant de trouver le bon. Autre inconvénient, pour zoomer la taille des icônes, il faut soit passer par le menu affichage dans le bandeau du haut, soit utiliser le geste de zoom sur le pavé tactile mais vu que j’utilise une souris ergonomique pour pas me « flinguer » les articulations, ça ne va pas être très pratique. Sous Linux un Ctrl + mollette de la souris, et le tour est joué.

le mode « exposé » des fenêtres

Passez d’une fenêtre à l’autre avec Gnome sous Linux, c’est simple : on appuie sur la touche spéciale (le logo Windows) et toutes les fenêtres se rangent les une à coté des autres pour qu’on puisse sélectionner celle qui nous intéresse. Mieux encore, je peux taper n’importe quoi au clavier, l’écran va m’afficher tout ce qui s’y rapproche.

Si j’appuie désormais sur la touche spéciale, j’ouvre le menu démarrer. Et si je veux voir toutes mes fenêtres, dans ce cas je dois faire une combinaison de touche TAB + spéciale pour avoir un ersatz de ce que j’avais avant, certes je peux voir les fenêtres ouvertes, mais je vois surtout beaucoup d’espace vide et d’info inutiles.

Après quelques recherches, j’ai fini par trouver un raccourci intéressant : trois doigts vers le haut sur le pavé tactile… c’est mieux que rien, mais vu que j’utilise une souris ergonomique…

Adieu francisation des textes

Alors que je pouvais écrire sans problème des É, des « », des Ç et autres caractères spécifiques au français, je me suis heurté au mappage immuable du clavier avec Windows. À part passer d’AZERTY à QWERTY, impossible de changer l’attribution des lettres du clavier sans passer par l’utilisation d’un logiciel supplémentaire à installer. (ou du moins je n’ai pas trouvé comment faire !) Du coup, je dois me contenter d’attendre que mon correcteur automatique détecte les accents manquants sur les majuscules et d’utiliser des raccourcis compliqués pour obtenir des guillemets français (alt 174 pour « et alt 175 pour »)… vive le progrès !

Neuf mais pas vraiment plus rapide

Voici les config :

  • Mon vieux PC : Ubuntu 20.04.2 LTS – Core i7 – 8 Go de RAM – Disque dur classique
  • Le nouveau : Windows 10 – Core i7 – 16 Go de RAM – Disque dur SSD

Au niveau du démarrage de l’OS, rien à dire, c’est quasiment instantané avec Windows, quand Ubuntu mettait beaucoup plus longtemps, mais le fait d’être passé d’un disque dur à un SSD joue pas mal. En revanche pour l’ouverture des applications, rien d’exceptionnel, j’ai ouvert le même fichier (SVG) sur les deux pc, dans les mêmes conditions, à savoir après redémarrage du PC et fichier sur une clef USB.

2 secondes avec mon vieux PC, 10 avec le neuf !!

Démarrage d’Inkscape sous Windows et Linux

Conclusion :

Tout d’abord, je suis preneur d’astuces, il est tout à fait possible que je sois passé à côté de fonctionnalités ou de raccourcis que je ne connais pas. Je finirai, dans tous les cas, à m’habituer à cette nouvelle interface, je trouve juste que c’est bien malheureux qu’un environnement de travail payant soit si peu personnalisable !!
Enfin, et heureusement, comme tous mes outils libres habituels sont disponibles pour Windows, je n’ai pas tout perdu !